Nos catégories

Cinq modèles meilleurs que leur réputation

Voitures

1. Fiat Multipla

multipla

En 1998, Fiat surprenait le public par un concept, ma foi, très astucieux : plutôt que de proposer six places réparties sur trois rangées, le constructeur italien lançait une voiture en rien plus large, basée sur la mécanique de la Bravo, avec deux rangées de trois sièges. Malheureusement, cette « trouvaille » a hérité d’une carrosserie pour le moins… disgracieuse dirons-nous. La Fiat Multipla devint ainsi un (très) vilain petit canard. Six ans plus tard, Fiat en lançait une version retravaillée, déjà nettement plus acceptable pour l’amateur de belles voitures, et toujours dotée d’excellentes qualités. Par son empreinte au sol presque carrée, sa conduite est meilleure que celle de la plupart des monovolumes, l’exploitation de l’espace disponible est efficace (toujours minimum 430 litres dans le coffre) et ses motorisations Diesel semblent très vigoureux. Un kilométrage de 250 000 bornes n’est pas une exception.

2. Mercedes Classe C

mercedes

Soyons clairs : la Classe C, et plus spécialement la génération W204  fabriquée de 2007 à 2014, n’a pas la réputation d’une voiture peu fiable ou mal finie. De ce côté-là, elle est appréciée à sa juste valeur. En revanche, on lui colle à la peau la réputation d’une voiture pour chauffeurs pépères. Autrement dit, celle qu’il faudrait éviter si l’on veut goûter aux plaisirs de la route. Eh bien non ! D’accord, cette Classe C n’égale pas nécessairement les performances brutes des Audi A4 ou BMW 3 (sauf dans sa version AMG), mais concernant la tenue de route et le comportement routier, les ingénieurs de Munich et Ingolstadt ont encore beaucoup à apprendre. Car sur un parcours sinueux, la Classe C leur en mettra plein la vue.

3. Opel Vectra

opel

D’après une enquête, l’image de marque d’Opel en 2012 était à peu près du même niveau que Fiat. Et même avant, ce n’était guère mieux. Cette image continue de lui coller à la peau, en particulier sur son Opel Vectra (génération C de 2002 à 2008)… Mais c’est injuste, car c’était une voiture très méritante. Direction précise, châssis correct, moteurs Diesel (Fiat) fiables et relativement puissants. Mais surtout, une voiture pratique et très spacieuse. Surtout la variante break, gi-gan-tes-que. Son coffre très gourmand dévore toujours au moins 530 litres, donc beaucoup plus que l’Opel Insignia Break, qui lui a pourtant succédé. Si vous recherchez une familiale spacieuse à bon compte, orientez-vous vers une Opel Vectra d’occasion.

4. Jaguar X-Type

jaguar

La X-Type a valu à Jaguar une solide gueule de bois. Apparu au catalogue en 2001, ce modèle, fruit d’une étroite collaboration avec Ford, son propriétaire de l’époque, a été vendu jusqu’en 2010. À l’époque, Ford estimait que Jaguar avait besoin d’une voiture de milieu de gamme, capable de concurrencer les ténors de BMW, Audi et Mercedes. Mais la X-Type fut un échec. Son style était trop obsolète et le public eut vite compris qu’il ne s’agissait rien d’autre qu’une Ford Mondeo fardée. Le ressentiment envers la X-Type est si grand que Jaguar a préféré remiser cette appellation aux oubliettes. Son successeur spirituel (qui d’un point de vue technique, n’a d’ailleurs rien en commun) s’appelle XE. Pas question, non plus, de récupérer ce nom pour un futur crossover.

Pourtant, sous ses apparences très conservatrices, la X-Type était un véhicule assez moderne. Il a bénéficié d’une large palette de moteurs, dont des Diesel récents (fruits de la collaboration entre Ford et PSA Peugeot Citroën)  et des blocs 6 cylindres essence. La traction avant était la norme bien sûr, mais le catalogue proposait aussi des modèles 4 roues motrices. Une berline et un break. Autant d’éléments ne suffisent pas à justifier pourquoi la X-Type est sous-estimée. Mais voici l’argument décisif : jusqu’à ce jour, la X-Type est la Jaguar enregistrant les meilleurs résultats dans les enquêtes de satisfaction de la clientèle. Elle semble être très fiable, peu coûteuse à l’entretien et sa conduite appréciée par ses propriétaires. La plus insultée des Jaguar est aussi la plus plaisante à conduire.

5. Porsche Boxster

porsche

Porsche a lancé la Boxster (986) en 1996 dans une tentative de séduire un nouveau groupe cible. Et cela lui réussit, car ce modèle biplace à l’allure sympathique a incité pas mal de gens, qui pour rien au monde n’auraient acquis une Porsche, à délier les cordons de la bourse. Mais ils l’ont fait plus pour son allure générale que pour ses qualités intrinsèques. Ce qui lui valut assez rapidement la réputation de Porsche de second rang, ou voiture du coiffeur.

Mais c’est vraiment immérité ! Grâce à son moteur central, la Boxster présente un équilibre qui est même meilleur que celui de sa grande sœur : la fameuse 911. De plus, elle est très rigide, car elle a d’emblée été conçue à se décliner en mode cabriolet. On aime également ses moteurs boxer, très musicaux, robustes et performants, sa conduite, excellente, et ses finitions du même niveau que n’importe quel autre modèle de la marque allemande. Bref, c’est un pur-sang dont les prix sur le marché de l’occasion sont fort intéressants. Avec 20 000 € seulement, on a déjà l’embarras du choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Messages connexes

Quelques astuces pour revendre sa voiture en occasion

Trucs et astuces, Voitures
Ce n’est pas toujours simple de revendre une voiture d’occasion, du moins lorsqu’on n’est pas habitué ! Si l’on veut toucher un maximum de clients potentiels, il faudra y consacrer du temps et être méticuleux. Ce sera déjà plus facile avec ces quelques conseils… Bien se préparer Avant de foncer...
Lire la suite

5 voitures à rendre vert de jalousie pour moins de 5000 €

Voitures
Le marché du véhicule d’occasion n’échappe pas à la loi de l’offre et de la demande. Cela signifie que moins un véhicule est demandé, plus son prix de revente est bas. Avec à la clé, des perspectives de bonnes affaires. Il s’agit souvent de voitures luxueuses, dont les acheteurs potentiels...
Lire la suite